26 novembre 2018

Raconte-moi ton métier : Daniela et Hajer, aides-soignantes au Centre Jack Senet

Comme chaque année, le 26 novembre marque la Journée Internationale des Aides-Soignants. L’occasion pour les Centres de Santé Jack Senet et Broca de rendre hommage à ces professionnels de santé qui exercent chaque jour au plus près des patients. Les aides-soignantes de nos Centres sont aujourd’hui mises à l’honneur : à travers leurs témoignages, elles vous racontent leur métier.

Comme chaque année, le 26 novembre marque la Journée Internationale des Aides-Soignants. L’occasion pour les Centres de Santé Jack Senet et Broca de rendre hommage à ces professionnels de santé qui exercent chaque jour au plus près des patients. Les aides-soignantes de nos Centres sont aujourd’hui mises à l’honneur : à travers leurs témoignages, elles vous racontent leur métier.

Nous vous proposons de découvrir les portraits croisés de Daniela, aide-soignante au Centre Jack Senet depuis plus de six ans et de Hajer, aide-soignante au Centre Jack Senet depuis un an.

Pourquoi avoir choisi le métier d’aide-soignante ?

Daniela : On ne choisit pas le métier d’aide-soignante, c’est lui qui nous choisit. D’après moi c’est un métier de cœur qui ne s’exerce pas par dépit mais plutôt par choix. Il faut aimer les gens pour pouvoir exercer ce métier tourné vers l’humain et le social. J’ai toujours voulu être aide-soignante pour pouvoir prendre soin des gens et être présente pour eux ; c’est véritablement ce qui m’a motivée à faire ce métier.

Hajer : J’ai tout de suite été attirée par le milieu de la santé. Dès le début de mon parcours d’études j’ai su que je voulais m’orienter vers ce secteur dans lequel je me sens épanouie et utile pour les autres.

En quoi consiste ton travail ? Quelles sont tes missions au quotidien ? Une journée type au Centre, ça donne quoi ?

Daniela et Hajer : Le métier d’aide-soignant est polyvalent et nécessite d’être multitâches et de s’adapter en permanence. Au Centre Jack Senet nous avons un périmètre d’activité très large qui s’étend de la préparation des cabinets médicaux aux soins prodigués aux patients.

La réalisation de soins divers, d’électrocardiogrammes et de fonds d’œil (analyse de la rétine) ou la pose d’appareillages tel que la polygraphie respiratoire font partie de notre cœur de métier. Il nous arrive régulièrement d’assister certains praticiens du Centre lors de microchirurgies (kyste sébacé par exemple) ce qui est très formateur et enrichissant et change de notre quotidien.

Tout au long de l’année nous animons des journées de prévention pour sensibiliser les patients du Centre de Santé. Nous programmons ces actions en corrélation avec les campagnes nationales de santé publique organisées tout au long de l’année afin de bénéficier d’une meilleure visibilité. En prévision de l’épidémie de la grippe, nous organisons par exemple des journées mains propres pour sensibiliser aux bons gestes d’hygiène des mains à adopter.

Nous avons également un rôle à jouer dans l’éducation thérapeutique du patient, en particulier en ce qui concerne le diabète. Dans le but d’aider les patients concernés à mieux vivre avec cette maladie chronique, nous leur apportons un suivi personnalisé et adapté à leur pathologie en leur prodiguant des conseils ou en les accompagnant dans l’utilisation de leurs appareils de mesure de la glycémie par exemple.

Notre métier revêt une dimension sociale importante ce qui suppose d’être à l’écoute des patients et de les accueillir avec bienveillance. Il nous arrive régulièrement de les accompagner dans la prise d’un rendez-vous spécifique (exemple de la gynécologie) ou d’orienter un patient égaré dans un couloir.

D’un point de vue plus pratique, nous sommes par ailleurs chargées de la réfection des cabinets afin de pouvoir accueillir les patients dans les meilleures conditions possibles et permettre aux praticiens d’exercer dans un cadre de travail propre et organisé. La stérilisation du matériel médical à froid et/ou à chaud passe également entre nos mains.

Enfin, la gestion des stocks et du matériel médical relève également de nos fonctions. A ce titre, nous réapprovisionnons les stocks en totale autonomie et au regard des besoins via des commandes de matériels (pharmacie d’urgence, chariot d’urgence) tout en veillant à la date de péremption des produits.

Salle de soins du Centre de Santé Jack Senet

Quel est ton parcours scolaire ou les formations que tu as suivies ? Est-ce que cela t’a été utile pour en arriver à ta situation actuelle ?

Daniela : Suite à l’obtention d’un BEP « Carrières Sanitaires et Sociales » à Paris j’ai obtenu mon Diplôme d’Etat d’Aide-Soignant (DEAS) en 2008.

J’ai commencé ma carrière d’aide-soignante dans un service de Réanimation au sein d’un Groupe Hospitalier.

J’ai ensuite capitalisé plusieurs expériences professionnelles en intérim dans le but de découvrir les différentes facettes du métier et de développer mes compétences au sein d’univers professionnels variés. J’ai ainsi eu l’opportunité d’exercer au sein d’un service de cardiologie, de gériatrie, de chirurgie digestive, et enfin en tant qu’aide-soignante à domicile.

J’ai exercé pour la première fois dans un Centre de Santé en 2009 et ce, pendant 3 années avant de rejoindre le Centre de Santé Jack Senet en 2012.

Ces expériences variées m’ont permis de développer mon employabilité et ma capacité d’adaptation en étant au contact de plusieurs professionnels de santé aux méthodes de travail différentes.

Hajer : Au cours de mon cursus j’ai rapidement été attirée par le secteur de la santé. J’ai fait mes études à l’étranger et obtenu un Diplôme d’Infirmière Anesthésiste Réanimateur en Tunisie.

J’ai travaillé pendant 3 ans au sein du bloc opératoire d’une clinique privée tunisienne. Mon rôle consistait alors à assister les gynécologues obstétriciens lors des actes de chirurgie en tant qu’Infirmière Anesthésiste Réanimateur dans un service chirurgical.

A mon arrivée en France en 2010, j’ai passé une équivalence (examen écrit et stage que j’ai réalisé dans une maison de retraite) qui m’a permis d’obtenir le Diplôme d’Etat d’Aide-Soignant (DEAS), reconnu sur le territoire français.

Nous sommes en 2011, j’intègre alors une Unité EVC-EPR (États végétatif chronique – État pauci-relationnel) au sein d’une Clinique. Cette expérience très enrichissante m’a permis de côtoyer des pathologies lourdes nécessitant une rééducation encadrée par une équipe dédiée constituée notamment de kinésithérapeutes, ergothérapeutes ou encore neuropsychologues.

En 2014 j’ai dû regagner mon pays d’origine, la Tunisie, pour des raisons familiales. J’ai obtenu un poste de surveillante d’étages qui consistait à gérer l’équipe d’infirmiers de l’établissement.

Retour en France en 2015 où je rejoins l’équipe d’aides-soignants d’une maison de retraite dans le Val-d’Oise. J’ai ensuite travaillé dans un hôpital gériatrique à l’Isle-Adam puis en tant qu’aide-soignante à domicile. Les conditions de travail de ce dernier poste furent plus éprouvantes dans la mesure où il nécessitait des déplacements et un flux de patients plus importants à gérer.

C’est en intégrant le Centre Jack Senet l’année dernière que j’ai découvert le fonctionnement des Centres de Santé. Ce parcours très diversifié m’a permis de me professionnaliser et de mieux appréhender les différents environnements de travail possibles pour exercer le métier d’aide-soignante.

Salle de soins du Centre de Santé Jack Senet

Quelles sont les compétences et qualités requises pour devenir aide-soignante ?

Hajer : Dans le cadre de notre activité nous sommes souvent confrontées à la gestion d’urgences, ce qui suppose de garder son sang-froid lors de situations pouvant parfois générer du stress afin de toujours apporter les premiers soins dans des conditions optimales. En effet, il faut être en mesure de gérer toute situation de crise qui viendrait à se présenter.

Daniela : Comme je le disais précédemment, le métier d’aide-soignante est un métier de cœur vers lequel on se tourne par vocation. Avant toute chose il faut aimer le métier pour pouvoir l’exercer. De surcroît, des qualités humaines sont primordiales : il faut pouvoir faire preuve de patience, d’empathie et de bienveillance à l’égard des patients. En plus des explications liées aux soins prodigués par exemple nous sommes parfois amenées à sortir du cadre purement médical pour rassurer et orienter certains patients en difficultés, un volet plus social en somme.

Pourquoi exercer dans un Centre de Santé ?

Daniela : Après 3 années passées dans un Centre de Santé je connaissais déjà les conditions d’exercice dans ce type de structures qui m’apportent satisfaction. En effet, les conditions de travail sont confortables dans un Centre de Santé. Ce qui m’intéresse particulièrement c’est cette approche personnalisée et très humaine avec chaque praticien du service, nous constituons un véritable binôme ensemble. L’indépendance et la polyvalence qui nous sont accordées participent de cette relation de confiance mutuelle et nous permettent d’être autonomes sur la gestion des cabinets et de la salle de soins.

De plus, j’ai eu la chance d’intégrer une équipe médicale (praticiens, paramédicaux) qui travaille dans le respect, l’entente et la bienveillance mutuelle ; critère essentiel pour un épanouissement professionnel.

Depuis maintenant 6 ans à arpenter les couloirs du Centre et côtoyer les personnels, je me sens dans mon élément. J’ai dû m’absenter quelques mois dans le cadre d’un congé maternité et j’ai très rapidement retrouvé mes repères au sein de l’établissement et avec mes collègues, comme si je n’étais jamais vraiment partie en somme, ce qui est très appréciable.

Hajer :  Travailler en Centre de Santé c’est exercer dans une structure à taille humaine, qui a l’avantage d’être en relation directe avec les praticiens et les patients, et de générer une vraie polyvalence dans les tâches qui nous sont confiées tout en étant un vecteur de convivialité pour les équipes.

Je voue une profonde admiration pour le corps médical et en particulier aux aides-soignantes.

Daniela et Hajer, outre l’aspect technique de leur profession, exercent au sein de notre Centre de Santé une fonction discrète, mais indispensable, dans la prise en charge des patients au quotidien.

Leur sens de l’écoute, leur empathie, leur patience et leur disponibilité garantissent de bonnes relations avec notre patientèle, apaisent leurs angoisses pour les mettre dans un climat de confiance et de sérénité.

Un grand merci à nos « petites blouses blanches » pour leur travail au quotidien !

Isabelle, Responsable du pôle Médical du Centre de Santé Jack Senet et Manager des aides-soignantes.