9 octobre 2012

Octobre Rose: Poursuivre la mobilisation contre le cancer du sein

En France, le cancer du sein est toujours le premier cancer chez la femme en nombre de nouveaux cas et de mortalité. Pourtant, détecté à un stade précoce, il peut non seulement être guéri dans plus de 90% des cas mais aussi être soigné par des traitements moins agressifs.

Actuellement, malgré les progrès réalisés dans les traitements, le dépistage constitue toujours l'une des armes les plus efficaces de la lutte contre le cancer du sein.

Une femme sur trois ne se fait toujours pas dépister ou pas régulièrement.

Le dépistage organisé par mammographie constitue l'un des meilleurs moyen d'agir face au cancer du sein. En 2009, il a permis de découvrir près de 15 000 cancers du sein soit 6.4 cas pour 1 000 femmes dépistées. De plus on estime à 9% le nombre de cancers dépistés grâce à la seconde lecture comprise dans le programme de dépistage organisé. Le dépistage organisé du cancer du sein constitue une réponse à la lutte contre les inégalités sociales de santé. Il s'agit d'un programme égalitaire qui s'adresse à toutes les femmes âgées de 50 à 74 ans bénéficiant du régime obligatoire de la sécurité sociale.

En 2011, plus de 2 400 000 femmes de 50 à 74 ans ont réalisé une mammographie dans le cadre du programme de dépistage organisé, soit 52.7% de la population cible, auxquelles s'ajoutent 10% de femmes de la même tranche d'âge se faisant dépister de manière individuelle. Seules 63% des femmes se font dépister régulièrement. Il existe donc encore des freins liés à des facteurs psychologiques, économiques ou géographiques variables selon les âges, qui influencent les pratiques.

" Vérifiez de quand date votre dernière mammographie. Apartir de 50 ans, c'est tous les deux ans."

"Un passage à l'acte simple et concret"

En 2001 en France, le cancer du sein était le cancer féminin le plus fréquent avec 53 000 nouveaux cas estimés. Il était aussi l apremière cause de décès par cancer chez la femme, avec 11 500 décès estimés. Pourtant, s'il est détecté à un stade précoce, il peut non seulement être guéri dans plus de neuf cas sur dix mais aussi soigné par des traitements moins lourds, entrainant plus rarement des séquelles.
Le dépistage constitue ainsi toujours l'une des armes les plus efficaces de la lutte contre le cancer du sein. Il vise à détecter des lésions cancéreuses pour les traiter au plus tôt.

La mammographie permet de repérer de petites tumeurs localisées, sans atteinte ganglionnaire, au pronostic très favorable.

L'âge, principal facteur de risque

Le programme de dépistage organisé du cancer du sein est proposé à toutes les femmes de 50 à 74 ans sans symptôme apparent ni antécédent de ce cancer.
Le fait d'avoir recours au dépistage tous les 2 ans ne dispense pas de rester vigilante, à tout âge, face à l'apparition de certains signes:

– nodule, boule, grosseur dans le sein;
– anomalie du galbe mamaire;
– rétractation de la peau ou du mamelon;
– rougeur, oedème ou aspect de peau d'orange;
– écoulement mammaire;
– ganglions palpables au niveau des aisselles.

L'examen est gratuit: il est pris en charge par l'Assurance Maladie, sans avance de frais ( si pas de mammographie depuis 2 ans, convention avec plus de 200 mutuelles, pratique du tiers payant). Il consiste en une mammographie (deux radiographies par sein, face et oblique) et un examen cliniques des seins.
Toute mammographie jugée normale est systématiquement relue par un second radiologue expert.

Sources:

INCA- Institut National du Cancer
Dossier de presse Octobre Rose 2012